Les votes sont ouverts !

Les boulets

Emmanuelle Wargon

ELLE CONCOURT AU PRIX DES BOULETS DU CLIMAT EN TANT QUE

Marchande de passoires 🏚️

Votez pour ce boulet

Catégorie ministre

Ministre du Logement, elle réussit l’exploit de torpiller ce levier essentiel d’action pour le climat (le logement émet 20% de nos émissions de gaz à effet de serre), et “en même temps” de favoriser les plus riches.

  • “Des moyens exceptionnels” : c’est la promesse d’Emmanuelle Wargon au sujet de la rénovation thermique, sujet phare du plan de relance présenté en septembre 2020. Forcément, ça fait rêver : près de 20% des émissions de gaz à effet de serre en France proviennent du logement, plus précisément de ceux qu’on appelle les “passoires thermiques”, parce qu’ils sont mal isolés et donc coûteux en énergie pour les chauffer. La rénovation thermique est un levier essentiel pour le climat, tout en créant de l’emploi et en permettant aux ménages de faire des économies. Bref, tout bénéf ! Et pourtant : les sommes débloquées et annoncées en grande pompe sont absolument insuffisantes et mal encadrées. Cerise sur le gâteau, le dispositif Ma Prim Renov qui permettait aux plus modestes d’accéder à la rénovation à moindre frais, a été étendu à tous les propriétaires. Oh la fausse bonne idée ! Les plus riches risquent de capter cet argent alors qu’ils ont les ressources pour réaliser ces travaux. Mécaniquement, la part réservée aux plus modestes baisse.

  • Les locataires de logements mal isolés pourraient obliger leur propriétaire à rénover : c’est ce que prévoit le décret “décence”. Problème : c’est de la poudre aux yeux ! D’abord parce que tout logement chauffé à l’électricité est exclu de ce dispositif, aussi insalubre soit-il. Ensuite parce que le seuil de consommation énergétique fixé est si élevé, que seules 2% des “passoires thermiques” actuellement louées seront concernées par le décret d’ici 2024. Chapeau l’artiste !

  • La Convention citoyenne a proposé des mesures fortes sur la rénovation thermique, comme contraindre les propriétaires à rénover leurs logements globalement, mettre en place un système progressif d'aides à la rénovation, avec prêts et subventions pour les plus démunis. Mais, pour l’instant, c’est non pour Emmanuelle Wargon : tout ce qui relève de l’interdiction ou de l’obligation serait soigneusement écarté. Oublié le droit à un logement décent pour tous et toutes.

  • Dans sa vie d’avant, Emmanuelle Wargon était « directrice de la communication et des affaires publiques » chez Danone. Son job consistait à pousser les intérêts de la multinationale agroalimentaire auprès des pouvoirs publics, quitte à défendre l’huile de palme ou les OGM.

  • L’ambition d’un boulet du climat : rénover seulement 2% des passoires thermiques tant le critère fixé par la ministre est inadapté.

  • La ministre a écarté toutes les mesures contraignantes sur la rénovation des logements de la Convention citoyenne pour le climat.